Literature & poetry

Une heure avec... Abdelaziz Mouride

Les rencontres littéraires de l'IMA
  • 24 October 2020
  • Saturday : 16h30
  •  
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  •  
  • Bibliothèque (niveau 1)
  •  
Une heure avec... Abdelaziz Mouride

Tous les samedis de 16h30 à 17h30, un nouveau rendez-vous pour découvrir et entendre les auteurs arabophones et francophones, émergents et confirmés, venant ou parlant du monde arabe. Littérature, poésie, bande dessinée... autour de leur actualité ou d’une œuvre moins récente, c’est leur univers que l’IMA souhaite mettre en lumière. Cette semaine, rendez-vous avec Abdelaziz Mouride, représenté par Simona Gabrieli, pour l'adaptation en Bande dessinée du roman Le Pain nu de Mohamed Choukri (Éditions Alifbata)

Share the page

________________________________________________

COUVRE-FEU : 
Les Rencontres littéraires de l'IMA sont maintenues sans modification d'horaire !
Attention : Pour garantir la sécurité sanitaire de tous et conformément aux dispositions légales en cours, nous vous demandons de ne pas participer à cet événement en cas de symptômes cliniques pouvant évoquer une infection par le Covid-19 (toux, fièvre…).
Nous vous rappelons que le port du masque est obligatoire au sein de l’IMA.

________________________________________________

Le Pain nu éd. Alifbata

Samedi 24 octobre 2020

Auteur invité : Abdelaziz Mouride, Le Pain nu  (Éditions Alifbata)

Le pain nu est le récit d’une enfance qui n’a pas eu lieu. Celle de Mohamed Choukri, marquée par la pauvreté et l’exil dans le nord du Maroc des années 1940 à 1950, sous le joug du protectorat. La famine, la fuite d’un père violent, les nuits à la belle étoile dans les bas-fonds de Tanger, la combine, le vin, le kif, le sexe… Mohamed Choukri fait très tôt l’apprentissage de la survie. Il connaîtra aussi la prison. C’est là, aux côtés des détenus politiques, qu’à l’âge de vingt ans il apprendra à lire et à écrire. Le pain nu est son récit autobiographique. Le récit d’une revanche sur le destin, qui dévoile comme jamais auparavant une histoire du Maroc faite de misère et d’exclusion.

Censuré jusqu’en 2000 au Maroc, Le pain nu a été adapté en bande dessinée par Abdelaziz Mouride (1949-2013), pionnier du 9e art au Maroc et auteur de On affame bien les rats, bande dessinée réalisée clandestinement durant sa réclusion dans la prison de Kénitra et dans laquelle il témoigne de la condition des prisonniers politiques pendant les années de plomb.

Avec Simona Gabrieli, éditrice chez Alifbata

Simona Gabrieli, d’origine suisse et italienne, est une linguiste et une islamologue passionnée par les interactions entre imaginaires méditerranéens. Elle a longtemps travaillé dans la réalisation de projets pédagogiques interculturels. Elle est co-fondatrice de l’association Alifbata qui se spécialise depuis 2015 dans l’édition et la traduction de bandes dessinées en langue arabe.

Animé par Bernard Magnier
Journaliste, Bernard Magnier collabore à diverses revues et radios (RFI, France Culture). Il est également directeur de la collection Lettres africaines aux Éditions Actes Sud, conseiller littéraire du Tarmac et anime des stages de formation sur les littératures d’Afrique, du Maghreb, de la Caraïbe. Concepteur de diverses manifestations littéraires en France et à l’étranger, il est notamment programmateur du festival Littératures métisses depuis 1999.

Lu par Hammou Graia

Hammou Graïa a joué au théâtre dans Une virée et Les Coloniaux, dans une mise en scène de Jean-Louis Martinelli et Les paravents de Jean Genet mis en scène par Patrice Chéreau. Il a également mis en scène La force d’aimer, Martin Luther King et L’Ennemi public n°1. Au cinéma, il a tourné dans plusieurs films notamment dans L’Homme Blessé de Patrice Chéreau.

librairie et boutique

Le pain nu : d'après le roman de Mohamed Choukri

Le pain nu : d'après le roman de Mohamed Choukri

Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère sous l’égide de la Fondation de France 

« Les rencontres littéraires bénéficient du soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère qui réaffirme ainsi son engagement profond en faveur de la diversité culturelle. Depuis 2013, la Fondation Jean-Luc Lagardère est associée à l’Institut du monde arabe pour valoriser et diffuser en France la littérature arabe à travers un Prix qui récompense chaque année l’œuvre d’un écrivain ressortissant de la Ligue Arabe.

Avec le soutien de La SOFIA et de COPIE Privée

  

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris