« Mélodies de cas sociaux » par Lauriane Mordellet, Hervé Salesse et Tarik Bengrid

Carte blanche à Oxmo Puccino : Rue de la Création/Arts numériques/2

Published by Brigitte Nérou | On 5 September 2017
Lauriane Mordellet, Hervé Salesse et Tarik Bengrid, les trois auteurs du projet La Mélodie des cas sociaux.
Lauriane Mordellet, Hervé Salesse et Tarik Bengrid, les trois auteurs du projet La Mélodie des cas sociaux. kiwiii6

Le projet « Mélodie de cas sociaux » est né de la rencontre de trois passionnés de musique, d'écriture et d'images en mouvement, dans une association d'éducation populaire où se mêlent toutes origines sociales et  culturelles. C'est une installation composée d’écrans sur lesquels défilent des vidéos filmées par les artistes lors de leurs séjours de vacances avec des jeunes. Des images prises sur le vif, qui retranscrivent leur quotidien en mode accéléré ; des images reconstituées qui proviennent de leurs souvenirs les plus marquants, les plus terrifiants,  les plus émouvants.

 

Share the page
Lauriane Mordellet

Ce sont les moments passés en colonies de vacances en tant qu'animateurs que Lauriane Mordellet, Hervé Salesse et Tarik Bengrid souhaitent partager avec le public, en racontant des histoires qui sont chères. Par le biais de la photographie et de la vidéo, ce projet est en quelque sorte un documentaire sans narrateur permettant au public constituer ses propres histoires et ses propres souvenirs. Afin de rester dans l'esthétique de la carte postale de vacances, les films et photos sont pris avec des téléphones portables, go-pro et appareil photo numérique.

« Des images de paysages ainsi que des textes écrits par des jeunes en colonies de vacances permettent de créer des respirations dans tout ce flux d'images. L'abondance de ces vidéos diffusées en différé sur les différentes télévisions déboussole le spectateur, pour mieux l'entraîner dans cet univers. Des sons et des récits proviennent des vidéos et en ont été extraits puis assemblés les uns aux autres. Selon les sons, le volume est plus ou moins fort, reconstituant une journée, un rythme de vie. »

Lauriane Mordellet (28 ans, Rennes)


Je m’inspire, énormément, de la culture adolescente et souterraine pour constituer une panoplie d’icônes, que l’on peut, aussi bien, aduler comme mépriser.

« Artiste plasticienne et pluridisciplinaires depuis ma sortie de l’école des Beaux-Arts de Brest en 2013, je navigue entre la création audio-visuelle, la performance, le dessin et l’écriture. Afin de construire des fictions du réel.

Ce qui m’anime, c’est de plonger le spectateur dans un univers qui lui appartient, qui peut tout à fait correspondre à des moments de sa vie, ses rêves ou des gens qu’il a pu rencontrer. Utiliser nos codes de culture commune s’appuyant sur le cinéma, la télévision, la musique, la mode, la bande dessinée, les croyances, les cartoons... pour créer un dialogue permanent entre lui et moi.

Je m’inspire, énormément, de la culture adolescente et souterraine pour constituer une panoplie d’icônes, que l’on peut, aussi bien, aduler comme mépriser. Ancrer des figures emblématiques dans une chronologie du quotidien. Des sortes de totems contemporains qui composeraient nos spiritualités et nos aspirations.

Cela me conduit à avoir un grand intérêt pour les pratiques artistiques amateur. Comme les fans qui construisent leurs propres objets dérivés et/ou des autels en la gloire de la star. J’aime ce qui est fait maison, avec la prétention que ce sont des objets précieux, des objets du sacré.
Mon travail est surtout diffusé sur les réseaux sociaux. Je trouve que ce sont les meilleurs médias pour atteindre son quart d’heure de gloire et disparaitre aussi tôt dans un flux d’images.

Je milite pour l’accès, la curiosité et la découverte de l’art par tous les publics. J’interviens en milieu carcéral et auprès d’association d’aide à la réinsertion sociale afin de démocratiser les arts plastiques. »

Hervé Salesse (24 ans, Rennes)


A 17 ans, je me suis tourné vers le diplôme d’animateur volontaire. J’ai mis mon doigt dans ces espaces hors du temps, que l’on appelle toujours avec nostalgie les colonies de vacances.

« Slameur, d’abord. Depuis trois ans, ce sont les scènes et les tournois qui guident mon parcours d’expression artistique. De Bordeaux à Rennes, en passant par Madrid, Nantes, Saint-Brieuc, Paris... où se développe l’art de l’oralittérature depuis plus de vingt ans. Une pratique qui m’anime dans l’ensemble de ses composantes : la diversité de ses acteurs, de ses thèmes, de ses voies et lieux d’expression. C’est par le biais de concours que j’y trouve les sensations les plus fortes et que j’ai eu l’occasion de confronter mes créations au regard du public. Jusqu’à aujourd’hui, les résultats sont concluants : finaliste individuel et médaille de bronze par équipe à la Coupe de la Ligue Slam de France 2016, vainqueur des rencontres de Bretagne de Slam 2017, finaliste du concours Dis-moi dix mots en vidéo...

Animateur, ensuite. A 17 ans, je me suis tourné vers le diplôme d’animateur volontaire. J’ai mis mon doigt dans ces espaces hors du temps, que l’on appelle toujours avec nostalgie les colonies de vacances. J’y ai vécu des parenthèses de vie en collectivité au parfum unique, des mises en abîme des relations sociales, et le lot d’enrichissement que cela implique. Si j’ai toujours le désir de continuer à vivre ces moments, c’est désormais le souhait profond de les partager qui m’anime au détour de cette proposition artistique.

Sportif, enfin. De l’animation volontaire, j’ai eu l’occasion d’en faire une voie de formation professionnelle. Je poursuis actuellement un master STAPS afin de me perfectionner à la conception de projets socio-sportifs. Une manière tant symbolique que cohérente pour moi d’allier mes parcours artistique, personnel ou professionnel. »

Tarik Bengrid (27 ans, Rennes)


Ce besoin d’être entouré pour avancer en groupe va clairement influencer mes choix.

« C’est par ma scolarité et le basket (1997 à 2011) que je me suis construit mon réseau d’amis avec qui j’ai partagé mes premières expériences musicales (percussions). A Bordeaux, j’ai par la suite développé mon réseau et multiplié les expériences de volontariat et de voyages pour me construire. Ce besoin d’être entouré pour avancer en groupe va clairement influencer mes choix. J’obtiens alors mon diplôme d’animateur et démarre en même temps l’écriture.
Suite à la rencontre du MC Dooboyz du collectif Krump, j’enregistre les premiers morceaux rap et enchaîne quelques sessions studios et tournage de clips. Cette envie d’écrire est venue parce que j’ai toujours écouté et décortiqué ce qui se faisait.

Bercé et influencé par un tas d’artistes principalement français (Aznavour, Nougaro, Kerry James, Oxmo Puccino, Assassin, IAM, NTM, Psy4, Scred Connexion, Tandem…), j’ai toujours aimé la richesse de la langue française qui me permet une multitude de combinaisons et de techniques. »

Brigitte Nérou, rédactrice en chef du blog de l'IMA
Brigitte Nérou Avec plus de quinze ans d’expérience dans l’édition, Brigitte a rejoint l’Institut du monde arabe en 2003 comme secrétaire de rédaction du magazine Qantara . Elle prend à présent la... Lire la suite
Share the page

À propos de ce blog

Bienvenue sur le blog de l’Institut du monde arabe, lancé en octobre 2016.

Son but : donner la parole aux passionnés du monde arabe dans et hors de l’institution. Retrouvez les coups de cœur des équipes (livres, cinéma, musique, expos…), les portraits de personnalités, les regards d’intervenants sur des questions historiques, sociologiques, artistiques… Promenez-vous dans les coulisses de l’institution et des événements et suivez les actualités de la présidence de l’IMA.

La rédaction invite experts et amateurs, tous passionnés, à s’exprimer en leur nom sur toutes les facettes du monde arabe.

Jack Lang sur le blog de l'Institut du monde arabe
Présidence Publié par Jack Lang | le 10 October 2016

Un blog pour l'IMA !

Jack Lang, Président de l'Institut du monde arabe, présente les ambitions du tout nouveau blog...

Lire la suite
rss

Instagram

Rejoignez-nous sur :

Archives

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris