Exhibitions

Un trésor en or

Le dinar dans tous ses états
  • 14 June 2022 to 15 January 2023
  • DATES DE L'EXPOSITION SOUS RÉSERVE DE CONFIRMATION
  •  
  • Musée (niveau 5)
  •  
  • Du mardi au vendredi : De 10h à 18h
    Les samedis, dimanches et jours fériés : De 10h à 19h
  •  
  • Tarifs d'entrée au musée : 8 € (plein) / 6 € (réduit) / Gratuite pour les -26 ans
  •  
Un trésor en or

Le musée de l'Institut du monde arabe présente une collection de monnaies remarquables, propriété de Sheikh Mubarak Al-Sabah, pour la première fois révélées au public. Elle se compose exclusivement de dinars, pièces de monnaie en or, frappées dans le monde arabo-musulman entre le VIIIe et le XIXe siècle.

Share the page
Dinar mamelouk
Dinar abbasside
Dinar ayyoubide
Dinar fatimide
La monnaie, premier instrument du commerce, est également un formidable moyen de communication qui affirme tant une identité qu’une autorité.
La collection de Sheikh Mubarak Al-Sabah comporte près de 1100 pièces dont de nombreuses frappes sont rares voire uniques ; elle raconte l’histoire complexe de la civilisation de l’Islam.

Tandis que dans la péninsule Arabique il n’avait plus été battu monnaie quelque 500 ans avant l’avènement de l’islam, le calife Abd al-Malik, cinquième souverain de la première dynastie héréditaire musulmane, les Omeyyades, promulgue l’arabe comme langue  de l’administration et instaure, dès 77H/696, un monnayage dépourvu de représentations figurées, avec uniquement des inscriptions qui proclament la croyance en un Dieu unique et donnent le nom du souverain ainsi que le lieu et la date de la frappe.
Après la chute du califat abbasside en 1258, ce principe demeure en usage alors que les sultans, les shahs, les émirs, les empereurs ou les vizirs battent tous monnaie, de l’Afrique du Nord à l’Inde.
Les dinars constituent de véritables trésors miniatures de la calligraphie en alphabet arabe dans la diversité de ses styles. Néanmoins, les sultans ottomans en Turquie, les shahs safavides puis qajars en Iran, les empereurs moghols en Inde, réintroduisent parfois sur leurs dinars le portrait du souverain ou l’emblème figuratif de leur pouvoir.

Commissariat : Éric Delpont et Djamila Chakour

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris