La restauration des moucharabiehs de l'IMA, un chantier d’exception

Published by Brigitte Nérou | On 4 May 2017
Refection des moucharabiehs de la façade Sud de l'Institut du monde arabe
Jean Dubrana

Alexandre Budon est ingénieur principal au sein de la société Baudin Chateauneuf, chargée depuis janvier 2017 de restaurer les 240 emblématiques moucharabiehs de la façade Sud de l’Institut du monde arabe. Il nous dévoile les coulisses d'un chantier peu ordinaire. Une mise en bouche avant leur remise en marche « officielle » à l'automne prochain, pour fêter les trente ans de l'IMA.

 

Share the page
Restauration des moucharabiehs de la façade Sud de l'Institut du monde arabe
Jean Dubrana
Restauration des moucharabiehs de la façade Sud de l'Institut du monde arabe
Jean Dubrana
Restauration des moucharabiehs de la façade Sud de l'Institut du monde arabe
Jean Dubrana
Restauration des moucharabiehs de la façade Sud de l'Institut du monde arabe
Jean Dubrana

Le chantier a commencé début janvier 2017 ; sa date d’achèvement est fixée au 12 juillet prochain. Soit six mois pour déposer les moucharabiehs (par tranche de 16), les transporter dans les ateliers de l’entreprise (situés à un peu plus de 150 km de Paris, à Châteauneuf-sur-Loire, dans le Loiret) et les restaurer, avant transport retour et repose. Et enfin, pour procéder à une phase d’essai, fin juin-début juillet.

Combien êtes-vous à travailler à ce chantier ?

Une cinquantaine de personnes a été mobilisée sur ce projet. La plupart sont des opérateurs en charge de la restauration mécanique des moucharabiehs en atelier, plus quelques monteurs chargés de la dépose et de la repose à l'IMA et du personnel d’étude et de suivi. Les opérateurs ont suivi une semaine de formation avant de débuter les travaux, afin de maîtriser le programme de travaux et d’acquérir des connaissances mécaniques spécifiques à ce produit : chaque moucharabieh est constitué d’une multitude de pièces minuscules, doté d’un mécanisme aussi complexe que celui d’une horloge et son assemblage est unique en Europe, et sans doute dans le monde entier. Nous n’avions donc pas d’autre choix que de les former spécifiquement.

Dans les grandes lignes, en quoi consiste le travail de restauration des moucharabiehs ?

Les opérateurs suivent un programme prédéfini de restauration (cahier des charges) dont le principal objectif est d’éliminer toutes les problématiques qui ont conduit aux dysfonctionnements observés depuis leur mise en service. Il inclut le démontage de la quasi-totalité des pièces, le remplacement des éléments cassés, l’ajout de nouvelles pièces et un re-réglage final pour que les diaphragmes des iris s’ouvrent et se ferment complètement. Ce gros travail sur la mécanique est suivi d’une phase de « cyclage » : il s’agit d’un banc d’essais qui consiste à faire fonctionner les moucharabiehs en continu durant plusieurs jours, simulant ainsi plusieurs années de vie du mécanisme. Il faut compter une semaine de restauration et une semaine d’essai pour chaque moucharabieh. Nous démontons 16 moucharabiehs par semaine, et parallèlement nous en remontons 16 autres..


Les moucharabiehs nous ont donné du fil à retordre ! Le cahier des charges a été établi à partir de l’étude d’un unique moucharabieh, et chaque pièce présente des pannes spécifiques. Il faut donc improviser à chaque fois.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour ce travail ?

Nous avons, par exemple, réalisé dernièrement la voile photovoltaïque de la Scène musicale de l’île Seguin, ou encore rénové entièrement l’Ascenseur Ouest de la Tour Eiffel. Nous sommes donc rompus à la réalisation de projets atypiques. De ce point de vue, on peut dire que les moucharabiehs ne nous ont pas déçus et qu’ils nous ont donné du fil à retordre ! En effet, chaque moucharabieh est unique et chaque pièce présente des pannes spécifiques. Il a donc fallu, en début de projet, improviser en permanence pour s’adapter aux problématiques rencontrées et les surmonter. Aujourd’hui, nous en sommes à 140 moucharabiehs restaurés, donc, fort heureusement, cette part d’improvisation commence à s’amenuiser et le rythme de croisière est trouvé !
Notre travail comprend également la remise en l’état du système de pilotage qui permet aux moucharabiehs de s’ouvrir et de se fermer en fonction de l’intensité lumineuse extérieure. Enfin, notre société a développé un nouvel outil informatique qui va permettre le contrôle des moucharabiehs (ouverture/fermeture) à partir d’une console centrale : on pourra créer des « scénarios », écrire un mot, par exemple, en jouant sur l’ouverture et la fermeture des diaphragmes, ou encore donner un effet de vague.

Restauration des moucharabiehs de la façade Sud de l'Institut du monde arabe L'atelier de la société Baudin Chateauneuf dédié à la restauration des moucharabiehs, emblèmes de la façade Sud du bâtiment de l'Institut du monde arabe. Jean Dubrana
Brigitte Nérou, rédactrice en chef du blog de l'IMA
Brigitte Nérou Avec plus de quinze ans d’expérience dans l’édition, Brigitte a rejoint l’Institut du monde arabe en 2003 comme secrétaire de rédaction du magazine Qantara . Elle prend à présent la... Lire la suite
Share the page

À propos de ce blog

Bienvenue sur le blog de l’Institut du monde arabe, lancé en octobre 2016.

Son but : donner la parole aux passionnés du monde arabe dans et hors de l’institution. Retrouvez les coups de cœur des équipes (livres, cinéma, musique, expos…), les portraits de personnalités, les regards d’intervenants sur des questions historiques, sociologiques, artistiques… Promenez-vous dans les coulisses de l’institution et des événements et suivez les actualités de la présidence de l’IMA.

La rédaction invite experts et amateurs, tous passionnés, à s’exprimer en leur nom sur toutes les facettes du monde arabe.

Jack Lang sur le blog de l'Institut du monde arabe
Présidence Publié par | le 10 October 2016

Un blog pour l'IMA !

Jack Lang, Président de l'Institut du monde arabe, présente les ambitions du tout nouveau blog...

Lire la suite
rss

Instagram

Rejoignez-nous sur :

Archives

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris