معارض

Divas

D'Oum Kalthoum à Dalida
  • 27 January 2021 - 25 July 2021
  • Du mardi au vendredi : de 10h à 18h
    Les samedis, dimanches et jours fériés : de 10h à 19h
  •  
  • Salles d'exposition (niveaux 1 et 2)
  •  
Divas

Début 2021, l’Institut du monde arabe rend un hommage unique aux plus grandes artistes femmes de la musique et du cinéma arabes du XXe siècle, avec une exposition événement qui célèbre à la fois leur histoire et leur héritage contemporain. Dès cet été, un avant-goût musical en est donné sur le toit de l’Institut avec l’ouverture de l’IMA Summer Club, le club éphémère « rooftop » de l’Institut.

 

شارك الصفحة
1965 Le Vevdeur de Bagues  420 x 200 cm.بياع الخواتم.
Affiche du film Le Vendeur de bagues de Youssef Chahine, avec Feyrouz, 1965. D.R.
Les débuts égyptiens de la chanteuse Dalida
Les débuts égyptiens de Dalida, 1961. D.R.
Laila fille du désert, 1927
Behidja Hafez dans Laïla fille du désert, 1927. Elle en est à la fois l'actrice principale, la réalisatrice et la coproductrice.
Asmahan dans "Amour et vengeance"
Asmahan dans Amour et vengeance de Youssef Wahbi, 1944.
Oum Kalthoum
Deux pochettes de disques d'Oum Kalthoum : Salou Qalbi (Questionnez mon cœur, 1945-1946) et Masr Tatahadas an Nafsaha (L'Égypte s'adresse à elle-même, 1951) / Hobbena El Kébir (Notre grand amour, 1965). D.R.

Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida dresse les portraits épiques et étonnants des divas de l’« âge d’or » de la chanson et du cinéma arabes, à travers un parcours abondamment nourri de photographies d’époque, souvent inédites, d’extraits de films ou de concerts mythiques, d’affiches cinématographiques au graphisme glamour, de magnifiques robes de scène, d’objets personnels et d’interviews rares.

D’Oum Kalthoum à Warda al-Djazaïria, d’Asmahan à Fayrouz, de Laila Mourad à Samia Gamal, en passant par Souad Hosni, Sabah sans oublier la toute jeune Dalida, l’exposition se veut un fabuleux voyage au cœur des vies et de l’art de ces chanteuses et actrices de légende, mais également une exploration des changements profonds qu’elles ont portés.

Icônes intemporelles, femmes puissantes, symboles adulés dans les sociétés arabes d’après-guerre, ces divas aux carrières exceptionnelles s’imposent du Caire à Beyrouth, du Maghreb à Paris, incarnant une période d’effervescence artistique et intellectuelle, une nouvelle image de la femme, ainsi que le renouveau politique national qui s’exprime du début des années 1920, notamment en Égypte, jusqu’aux années 1970.

L’exposition met ainsi en lumière, à travers ces divas, l'histoire sociale des femmes arabes et la naissance du féminisme au sein de ces sociétés patriarcales, leur participation au panarabisme et aux luttes d'indépendance dans les contextes de la colonisation et de la décolonisation, et – avant tout – leur rôle central dans les différents domaines artistiques qu'elles ont contribué à révolutionner.

Un voyage en quatre actes

Sur une superficie de 1 000 mètres carrés, l’exposition se déploie en quatre grands moments. Le visiteur rencontrera successivement les femmes pionnières et avant-gardistes féministes dans Le Caire cosmopolite des années 1920 ; les divas aux voix d’or que furent Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz et Asmahan durant la période 1940-1970 ; les productions cinématographiques de « Nilwood » et le succès des comédies musicales égyptiennes qui consacrent les divas actrices telles que Laila Mourad, Samia Gamal, Sabah, Tahiyya Carioca, Hind Rostom ou Dalida.

La dernière partie de l’exposition met en valeur les regards d’artistes d’aujourd’hui sur ces divas, dont l’héritage est une profonde source d’inspiration pour toute une nouvelle génération.  La photographe et vidéaste libanaise Randa Mirza associée au musicien et compositeur hip hop Waël Kodeih, les plasticiens et plasticiennes Lamia Ziadé, Shirin Neshat – qui a offert une image de son film Looking for Oulm Khaltoum (2017) pour l’affiche de l’exposition – Youssef Nabil, le photographe Nabil Boutros, … Création musicale holographique, installation vidéo, films, photomontages : autant d’œuvres fortes nées de ce patrimoine musical et iconographique unique réapproprié.

Autour de l’exposition, enfin, une riche programmation culturelle fera la part belle aux femmes en interrogeant leur place au sein des sociétés arabes actuelles au travers de concerts, de conférences, de projections de films et d’événements exceptionnels.

 

Commissariat : Hanna Boghanim et Elodie Bouffard

 

L’Institut du monde arabe remercie chaleureusement les mécènes et partenaires de l’exposition Divas arabes :

 

Ainsi que Monsieur Philippe Ghanem

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris