Spectacles

Nuit Arabic Sound System

Dans le cadre des Arabofolies, festival musical, des arts et des idées
  • 28 février 2020
  • Vendredi : de 22h30 à 5h
  •  
  • Salle du haut conseil (niveau 9)
  •  
  • Plein tarif : 15€
    Adhérent IMA : 13€
  •  
Nuit Arabic Sound System

Les nuits Arabic Sound System témoignent du dynamisme de la scène électro du monde arabe. Chaque trimestre, et selon la thématique, le dancefloor est confié aux magiciens des platines les plus inspirés. Et Les Mille et Une Nuits défilent le temps d’une seule d’entre elles.

Partager la page

▬▬▬ LINE UP À VENIR ▬▬▬ 

Hîm Tivi

©DR

Claire Lelièvre

KasbaH

Producteur, multi-instrumentiste et chasseur de son nomade, Nadir Moussaoui, aka KasbaH, mélange toutes ses casquettes à l’aube de la percée des musiques électroniques maghrébines en France.

Si le nom « KasbaH » ramène à ses origines nord-Africaines, c’est que Nadir reprend avec fierté la définition de « citadelle ». En se plaçant au carrefour des cultures, sa musique offre un panorama plus vaste sur le monde. Pigments, son premier EP sorti en 2017, exprimait déjà une volonté d’ouverture, une personnalité singulière, et surtout l’alliance des sonorités traditionnelles du monde et des cultures électroniques occidentales. Après des années de culture underground, KasbaH rempli ses carnets de voyage sonores à l’encre des sons capturés dans la nature, des témoignages ou des mélodies enregistrés à la volée. Nadir est revenu avec l’envie de les restituer et de consacrer leur mariage avec les cultures club occidentales. C’est de cette union musicale et de ce désir de partage qu’est né le single « Divane », en prélude d’un premier album, le bien nommé Bon Voyage #1.

DR

Taxi Kebab

Taxi Kebab est la rencontre entre synthétiseurs et boîte à rythme, guitare modulée, buzuq amplifié et chants scandés en darija. Influencée par un héritage culturel et familial (chaâbi, transe gnawa, musiques moyen-orientales...), Lea Jiqqir (chant, buzuq, guitare) interfère avec les arpèges acides et nappes ruisselantes entraînées par Romain Henry aux machines. Laissant apparaître des bribes d’identités troubles, leur musique sillonne de nuit les routes marocaines et parcourt ses paysages à travers un son brut, psyché, désorienté et désoriental.

Driss Bennis

© DR

En partenariat avec : 

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris