Littérature et poésie
Les rencontres littéraires de l'IMA

Une heure avec...Karim Miské

Dans le cadre de l'IMA à la maison
  • 28 Novembre 2020
  • Samedi : 16h30
  •  
  • En direct sur la page Facebook de l'IMA
  •  
Une heure avec...Karim Miské

Tous les samedis de 16h30 à 17h30, un nouveau rendez-vous pour découvrir et entendre les auteurs arabophones et francophones, émergents et confirmés, venant ou parlant du monde arabe. Littérature, poésie, bande dessinée... autour de leur actualité ou d’une œuvre moins récente, c’est leur univers que l’IMA souhaite mettre en lumière. Cette semaine, rendez-vous avec Karim Miské, pour l'ouvrage Décolonisations, Les héros méconnus des décolonisations de Pierre Singaravélou, Karim Miské et Marc Ball (ARTE Éditions / Le Seuil), d'après la série documentaire diffusée sur ARTE, en direct sur la page Facebook de l'IMA.

Partager la page

Décolonisations, éd. Arte/Seuil

Samedi 28 novembre 2020

Auteur invité : Karim Miské

pour Décolonisations, Les héros méconnus des décolonisations de Pierre Singaravélou, Karim Miské et Marc Ball 

ARTE Éditions / Le Seuil, d'après la série documentaire diffusée sur ARTE

Karim Miské est né en 1964 à Abidjan d’un père mauritanien et d’une mère française. Il grandit à Paris avant de partir étudier le journalisme à Dakar. De retour en France, il réalise depuis vingt ans des films documentaires sur des sujets aussi divers que la bio-éthique, les néo-fondamentalismes juifs, chrétiens et musulmans, en passant par la surdité (pour lequel il apprend le langage des signes).

Ses films sont diffusés sur Arte, France 2, Canal +, Channel four et bien d’autres chaines de télévision à travers le monde. En 1997, il publie dans l’ouvrage collectif Le livre du retour (éditions Autrement), un récit qui relate sa découverte du monde arabe, de l’Afrique et de l’Islam lors de son premier voyage en Mauritanie, à l’âge de quinze ans, ainsi que les rapports complexes qu’il entretient depuis avec les différentes composantes de son identité. Décolonisations, Les héros méconnus des décolonisations est sa dernière publication, un ouvrage collectif co-écrit avec le réalisateur Marc Ball et l'historien Pierre Singaravélou, d'après la série documentaire diffusée sur ARTE.Ce "documentaire graphique" est relayé par une série documentaire en trois volets sur ARTE.

À contrepied de l’histoire officielle des colonisateurs, Décolonisations, Les héros méconnus des décolonisations est une fresque percutante qui inverse le regard pour raconter, du point de vue des colonisés, 150 ans de combat contre la domination, et faire résonner au présent un déni qui perdure. Pour retracer ce passé occulté, les auteurs ont choisi de tisser chronologiquement grande et petites histoires, avec des partis pris percutants, en braquant le projecteur sur une série de destins et de combats emblématiques, certains célèbres, d'autres méconnus. Portée aussi par des archives saisissantes, Décolonisations, Les héros méconnus des décolonisations  déploie un récit universel qui éclaire la complexité du monde contemporain.

Animé par Bernard Magnier

Journaliste, Bernard Magnier collabore à diverses revues et radios (RFI, France Culture). Il est également directeur de la collection Lettres africaines aux Éditions Actes Sud, conseiller littéraire du Tarmac et anime des stages de formation sur les littératures d’Afrique, du Maghreb, de la Caraïbe. Concepteur de diverses manifestations littéraires en France et à l’étranger, il est notamment programmateur du festival Littératures métisses depuis 1999.

Lu par Hammou Graia

Hammou Graïa a joué au théâtre dans Une virée et Les Coloniaux, dans une mise en scène de Jean-Louis Martinelli et Les paravents de Jean Genet mis en scène par Patrice Chéreau. Il a également mis en scène La force d’aimer, Martin Luther King et L’Ennemi public n°1. Au cinéma, il a tourné dans plusieurs films notamment dans L’Homme Blessé de Patrice Chéreau.

Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère sous l’égide de la Fondation de France 

« Les rencontres littéraires bénéficient du soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère qui réaffirme ainsi son engagement profond en faveur de la diversité culturelle. Depuis 2013, la Fondation Jean-Luc Lagardère est associée à l’Institut du monde arabe pour valoriser et diffuser en France la littérature arabe à travers un Prix qui récompense chaque année l’œuvre d’un écrivain ressortissant de la Ligue Arabe.

Avec le soutien de La SOFIA et de COPIE Privée    

  

Librairie-boutique

Décolonisations

Décolonisations

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris