Littérature et poésie

Une heure avec... Iman Mersal

Dans le cadre des Arabofolies, festival musical des arts et des idées
  • 19 juin 2021
  • Samedi : 16h30
  •  
  • Bibliothèque (niveau 1)
  •  
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  •  
  • EN PRÉSENTIEL ET EN DIRECT SUR FACEBOOK
Une heure avec... Iman Mersal

Tous les samedis de 16h30 à 17h30, un nouveau rendez-vous pour découvrir et entendre les auteurs arabophones et francophones, émergents et confirmés, venant ou parlant du monde arabe. Littérature, poésie, bande dessinée... autour de leur actualité ou d’une œuvre moins récente, c’est leur univers que l’IMA souhaite mettre en lumière. Cette semaine, rendez-vous avec Iman Mersal, lauréate du Sheikh Zayed Book Award 2021 dans la catégorie Littérature pour son roman Sur les traces d'Enayat Zayyat  (Sindbad/Actes Sud). 

Les rencontres sont à la fois en présentiel à l’IMA et en direct sur Facebook ! 

Partager la page

« Une heure avec... » / Les rencontres littéraires de l'IMA », c 'est une heure avec un auteur, en dialogue avec un modérateur, journaliste ou critique littéraire : Paula Jacques, Leïla Kaddour, Bernard Magnier, Francesca Isidori, Sylvie Tanette, Farouk Mardam-Bey..., et les lectures d’un comédien(ne). Le principe de la programmation étant de saisir l’opportunité du passage à Paris d’auteurs, pour leur proposer un lieu et un public où présenter leur actualité littéraire.

Samedi 19 juin 2021

Auteure invité : Iman Mersal, Sur les traces d'Enayat Zayyat (Sindbad/Actes Sud)

Iman Mersal, née en 1966, a étudié à l’université du Caire, où elle a soutenu une thèse de doctorat en littérature arabe. Elle enseigne à l’université d’Alberta au Canada. Une anthologie de ses poèmes qui l’ont placée à l’avant-garde de la poésie arabe contemporaine a été publiée chez Sindbad/Actes Sud, en 2018, sous le titre Des choses m’ont échappé.

Dans Sur les traces d’Enayat Zayyat, Iman Mersal raconte par le menu son parcours de plusieurs années à la recherche d’Enayat Zayyat, écrivaine égyptienne qui s’est donné la mort en 1963 à l’âge de vingt-sept ans, après avoir reçu une lettre de l’éditeur nationalisé Al-Dâr al-Qawmiyya lui notifiant son refus de publier son premier et unique roman, L’Amour et le Silence.

Iman Mersal y mène une quête à la fois historique et intellectuelle, poétique et intime. C'est aussi une invitation adressée à l’Égypte d’aujourd’hui à se regarder au miroir de son passé récent, celui de ces années 1950 et 1960 qui font l’objet d’un culte nostalgique. Ce livre, loin de le nourrir, le décortique feuille après feuille, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien.

Animé par Bernard Magnier 

Journaliste, Bernard Magnier collabore à diverses revues et radios (RFI, France Culture). Il est également directeur de la collection Lettres africaines aux Éditions Actes Sud, conseiller littéraire du Tarmac et anime des stages de formation sur les littératures d’Afrique, du Maghreb, de la Caraïbe. Concepteur de diverses manifestations littéraires en France et à l’étranger, il est notamment programmateur du festival Littératures métisses depuis 1999.

Lu par Farida Rahouadj

Farida Rahouadj a interprété au théâtre Victor Hugo, Jean Genet ou Euripide. Elle joue dans Le malentendud’Olivier Desbordes, dans Um Kulthum, tu es ma vie d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et dernièrement dans L’Autre Proust, une adaptation personnelle de Marcel Proust. A la télévision, elle joue notamment dans la 2esaison de la série Le bureau des légendes d’Eric Rochant, dans L’art du crime de Charlotte Branstrom et dans la série Les sauvages sur Canal+, réalisée par Rebecca Zlotowski. Au cinéma, elle travaille avec Bertrand Blier, Alix Delaporte, Nicolas Castro, Karim Bengana et Mohamed Hamidi. En 2018, elle a le rôle principal dans Convoi exceptionnel de Bertrand Blier. Elle joue également dans le long métrage Gagarine, réalisé par Fanny Liatard et Jeremy Trouilh.

 

En partenariat avec :

 

 

Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère sous l’égide de la Fondation de France 

« Les rencontres littéraires bénéficient du soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère qui réaffirme ainsi son engagement profond en faveur de la diversité culturelle. Depuis 2013, la Fondation Jean-Luc Lagardère est associée à l’Institut du monde arabe pour valoriser et diffuser en France la littérature arabe à travers un Prix qui récompense chaque année l’œuvre d’un écrivain ressortissant de la Ligue Arabe.

 

Avec le soutien de La SOFIA et de COPIE Privée

  

Librairie-boutique

Sur les traces d'Enayat Zayyat

Sur les traces d'Enayat Zayyat

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris