Expositions

Le pinceau ivre

Carte blanche à Lassaâd Metoui
  • 11 avril 2018 - 30 septembre 2018
Fermeture exceptionnelle le(s) : Mardi 1 mai 2018
  • Tarif d'entrée au musée : 8 € (plein), 6 € (réduit), 4 € (12-25 ans)
  •  
  • Musée (entrée au niveau 7)
  •  
Le pinceau ivre

Le principe de la carte blanche : faire dialoguer un créateur avec les collections du musée, lui permettant d’exprimer son vécu, sa relation et sa perception du monde arabe. Lassaâd Metoui y a toute sa place, tant dans sa pratique d’une calligraphie réinterprétée que dans le lien qu’il entretient avec les mots. Son « Pinceau ivre » donne forme et couleur au langage et incarne les sons et rythmes de l’oralité.

Partager la page
Lassaâd Metoui, «Oiseau du paradis» © Lassaâd Metoui Lassaâd Metoui, Oiseau du paradis. Lassaâd Metoui

Alors, on ne cherche plus à déchiffrer les signes. L’œil entraîne l’esprit vers un ailleurs, sans nul besoin de ces substances que d’aucuns goûtent pour créer ou admirer. Lassaâd Metoui ne boit, ni ne fume ; la peinture est son ivresse.
Jack Lang

Formé très jeune à la calligraphie, Lassaâd Metoui est devenu dans cette discipline traditionnelle un artiste majeur, tout en faisant évoluer son art vers une modernité qui transcende les cultures : il s’inspire tout autant de la peinture occidentale, de Matisse à Paul Klee ou à Soulages, que de l’art d’Extrême-Orient, notamment japonais. Une œuvre à la fois enracinée dans une tradition d’exigence esthétique et morale et innovante par ses aspects mondialisés, dont publications et expositions prestigieuses ont révélé le talent.

Les travaux de Lassaâd Metoui sont présents dans de nombreuses collections privées et publiques (Centre Georges Pompidou, musée Guimet, British Museum, musée du Bardo, musée d’Art du Castello Sforzesco de Milan…). L’artiste réalise régulièrement des performances à travers le monde entier et a collaboré avec de nombreux écrivains dont la romancière Amélie Nothomb (Le Mont Fuji) et le linguiste et lexicographe Alain Rey (Le Voyage des mots). De ce dernier, depuis longtemps son complice, Jack Lang écrit que « Lassaâd Metoui a su rendre visible et palpable la délectation que génère la lecture de ses textes érudits et amusés ».  

« Mais, écrit encore Jack Lang, soulignant la complexité d’une œuvre que pigments et collages ouvrent à l’univers plastique, peut-on encore parler de calligraphie, seulement, à propos des compositions de Lassaâd Metoui ? Celles qui vont essaimer dans le parcours du musée, monumentales ou intimes, dépassent la finalité d’un beau tracé de la lettre et du mot, fût-il fougueux. […] Alors, on ne cherche plus à déchiffrer les signes. L’œil entraîne l’esprit vers un ailleurs, sans nul besoin de ces substances que d’aucuns goûtent pour créer ou admirer. Lassaâd Metoui ne boit, ni ne fume ; la peinture est son ivresse. »

Librairie-boutique

Retrouvez l'ouvrage sur notre boutique en ligne

Lassaâd Metoui : le pinceau ivre

Lassaâd Metoui : le pinceau ivre

Avec le soutien de :

 

          

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris