أفضل صديقين Les Meilleurs Amis

de Tim Hopegood, illustrations de David Tazzyman, traduction en langue arabe par Samar Mahfouz Barraj

Publié par Haïfa Braïki | Le 3 septembre 2018

Il vous est peut-être arrivé, après avoir cassé le vase précieux qui trônait dans le salon, de mettre votre méfait sur le dos d’un fantôme. Et de recevoir la fessée légendaire réservée aux petits mythomanes à l’imagination débordante. Comment expliquer aux enfants que la franchise est la meilleure solution, sans moralisation inutile ? Tel est l’objet de cet album plein d’humour et de fantaisie.

Partager la page

Arthur s’est dit qu’il fallait agir de façon plus efficace avec la Vérité. Il a essayé de la cacher, de la déguiser, et même de la faire disparaître. Mais la Vérité ne s’est pas laissé faire.

Ziad a désobéi à sa maman : elle lui avait rigoureusement interdit de se servir du grand vélo de son frère. Malheureusement, il a un accident : voici le vélo complètement démoli et la voiture de sa mère décorée d’une longue éraflure. Sous le poids de sa faute, Ziad invente des histoires invraisemblables pour expliquer ce qui s’est passé : c’est un extraterrestre qui a emprunté le vélo pour rentrer chez lui, une terrible bataille a eu lieu entre le vélo et la voiture métamorphosés en robots géants, etc.

Finalement, à cours d’excuses, il se résout à avouer la vérité. Et évite ainsi d’être puni, sa mère prenant sa franchise en considération. En quelque sorte, c’est le cumul de ses mensonges insensés qui a accouché de la vérité : celle-ci s’est discrètement faufilée entre les mensonges pleins d’épines qui tentaient de l’étouffer.

Les illustrations de David Tazzyman reflètent l’évolution des états d’âme de Ziad : crainte, puis inquiétude, recherche infatigable de solutions, malaise… et finalement étonnement face au pouvoir magique de l’énoncé tout simple de la vérité. Celle-ci est représentée par un personnage à part entière avec lequel Ziad se réconcilie en avouant son erreur. Implicitement, sans morale pesante, l’histoire de Ziad enseigne que la magie de la vérité vaut bien mieux que n’importe quel mensonge.

Ce livre, traduit de l’anglais, a pour titre original The Truth According to Arthur. Une version française est également disponible : La Vérité selon Arthur. Le titre en arabe, Afdhal sadîqayn, signifie littéralement « Les meilleurs amis » ; une antiphrase que l’on doit à la fine connaissance de la langue arabe et à la dextérité sémantique de Samar Mahfouz Barraj : elle élude la morale de l’histoire, n’évoque en rien la bataille entre mensonges et vérité, et conserve tout l’effet de la surprise au lecteur.

Les meilleurs amis - أفضل صديقين

Voir le produit
Haïfa Braïki DR
Haïfa Braïki Tunisienne de naissance, humaine de nationalité, je suis arrivée en France le 2 septembre 2015 à 16h. Et depuis, j’ai recommencé à lire en arabe. Renaissance tardive qui a commencé... Lire la suite
Partager la page

À propos de ce blog

Bienvenue sur le blog de l’Institut du monde arabe, lancé en octobre 2016.

Son but : donner la parole aux passionnés du monde arabe dans et hors de l’institution. Retrouvez les coups de cœur des équipes (livres, cinéma, musique, expos…), les portraits de personnalités, les regards d’intervenants sur des questions historiques, sociologiques, artistiques… Promenez-vous dans les coulisses de l’institution et des événements et suivez les actualités de la présidence de l’IMA.

La rédaction invite experts et amateurs, tous passionnés, à s’exprimer en leur nom sur toutes les facettes du monde arabe.

Jack Lang sur le blog de l'Institut du monde arabe
Présidence Publié par Jack Lang | le 10 octobre 2016

Un blog pour l'IMA !

Jack Lang, Président de l'Institut du monde arabe, présente les ambitions du tout nouveau blog...

Lire la suite
rss

Instagram

Rejoignez-nous sur :

Archives

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris