Fête des enfants, fête de la langue arabe

Les jeunes élèves des cours d'arabe de l'IMA en concert

Publié par Patrick Bergeot | Le 30 juin 2017
Fête des enfants du Centre de langue et de civilisation arabes à l'Institut du monde arabe, 11 juin 2017

C'est la fête ! La directrice du Centre de langue et de civilisation arabes et les jeunes élèves sur scène, 10 juin 2017.

Thierry Rambaud/IMA

10 juin 2017 : le Centre de langue et de civilisation de l'Institut du monde arabe donne sa grande fête annuelle réunissant, le temps d'un concert à l'auditorum, tous ses jeunes élèves des cours d'arabe. Des plus petits aux adolescents, ils montent sur scène classe après classe, interprétant, accompagnés au oud et à la derbouka, des chansons sur le thème retenu cette année : la mer. Excitation, émotion, fierté… Le spectacle est aussi du côté des parents enthousiastes massés dans le public…

Partager la page

Sur le parvis de l’Institut inondé de lumière, des enfants et leurs familles convergent gaiement vers l’entrée. Ce samedi après-midi, ils affluent vraiment bien plus nombreux que d’habitude. Un petit garçon échappe soudain à ses parents et court vers les portes vitrées. Sa mère tente de le retenir. « Ne t’inquiète pas, dit son père en souriant, il sait où il va. » Trois jeunes les dépassent en discutant : « C’est comme l’an dernier ? – Oui, au -2. »


Sur scène, les petits des classes d’éveil patientent sagement sous un immense dessin d’enfant, un bateau de pêche aux voiles orange.

Au -2, l’auditorium résonne d’un joyeux brouhaha, il est déjà presque rempli. L’événement tant attendu n’est ni la conférence d’une star de l’économie ni le concert d’un saxophoniste renommé. Ce spectacle pour lequel deux adolescentes se disputent une place dans ma rangée, c’est la traditionnelle fête du jeune public des cours d’arabe, la consécration d’une année dédiée à la découverte et à l’étude de la langue.
Sur scène, assis sur des tapis, les petits des classes d’éveil patientent sagement sous un immense dessin d’enfant, un bateau de pêche aux voiles orange. Comme le suggère le programme et comme le confirmera la directrice du Centre de langues, le thème choisi cette année est la mer en écho à l’exposition « Aventuriers des Mers » organisée cette année à l’Institut du monde arabe. A gauche, deux chaises attendent les musiciens.

Une famille s’installe à côté de moi : « Tu chantes quand ? demande le père. – Là, indique le fils sur le programme. – Bien, on partira juste après. »

 

Fête des enfants du Centre de langue et de civilisation arabes à l'Institut du monde arabe, 11 juin 2017 Dans la salle, le ballet coutumier des tablettes et smartphones brandis par les parents pour immortaliser l'événement. Patrick Bergeot/IMA

L’auditorium est plein à craquer. Les musiciens sont arrivés, quelques enfants rejoignent encore les premiers rangs, la directrice obtient sans peine le silence, elle nous souhaite la bienvenue, annonce le programme, le directeur général dit quelques mots en arabe, une introduction de oud nous met en bouche et le voyage commence : Ila al-bahr, larguons les amarres !
Ahlan ahlan ! Bienvenue !
Ho ya mel !

Nous voguons d’escale en escale. Dirigées par leurs enseignants, toutes les classes montrent le même plaisir à chanter en arabe, accompagnées magistralement au oud et à la darbouka.
Leur morceau fini, les petits chanteurs descendent de scène, aidés de leurs enseignants. Un autre groupe d’enfants les remplace pendant que les deux musiciens nous réjouissent d’intermèdes musicaux alternant oud, chant et darbouka. Une flottille multicolore remplace le bateau de pêche et nous voici repartis !
‘Indak ya bahria ! Ohé matelot !

Les chanteurs font tanguer l’auditorium par leur enthousiasme. Nul besoin de comprendre les mots qu’ils chantent pour être entraîné, leur joie est communicative. Et c’est un air de flûte qui égaie maintenant l’interlude. Pendant que les jeunes s’installent, nos talentueux musiciens enchaînent un 2e morceau. Je ne me doutais pas que j’aurais deux concerts pour le prix d’un !
Salma ya salama !

 


Belle émotion que d’entendre cette vieille chanson anglaise de marins chantée en arabe et accompagnée au oud !

Un magnifique trois-mâts décore maintenant la scène (Je suis d’autant plus surpris par la qualité esthétique que ces dessins projetés sur l’écran ont tous été faits par les enfants), et c’est le tour des plus grands, les adolescents, d’entamer ce morceau du patrimoine égyptien. Je remarque au passage qu’eux naviguent seuls, personne ne les dirige !
 Ya bahria ! Hauts les cœurs !
La terre est en vue et c’est désormais toute la salle qui frappe des mains en rythme. Les chanteurs enchainent sur Ila l’amam ! (En avant !), une version arabe de « Santiano », adaptation, m’expliquera-t-on, écrite par un des enseignants, celui-là même qui accompagne à la darbouka.
Amam al riyah… amam al-mawjat albahharun… nahnu huna


Au fond de la scène, je remarque que tout le centre de langues, enseignants et personnel administratif, s’est joint aux chanteurs, la salle les accompagne en frappant des mains. Shira’una li fawq… daiman ila l’amam nubhiru min Tanja ila Tokyo, « Nous irons de Tanger à Tokyo »… Belle émotion que d’entendre cette vieille chanson anglaise de marins chantée en arabe et accompagnée au oud ! Difficile d’imaginer plus vivant, plus vibrant  trait d’union entre les cultures ! En avant ! Nous irons de Tanger à Tokyo…

Fête des enfants du Centre de langue et de civilisation arabes à l'Institut du monde arabe, 11 juin 2017 Toutes les classes sont accompagnées magistralement au oud et à la darbouka. Thierry Rambaud/IMA

Un dernier accord et nous revenons hélas accoster à Paris, le voyage est déjà fini ! La directrice appelle les enseignants sur scène pour un hommage final, je note que mes voisins sont toujours là, détendus, souriants. Finalement ils seront restés jusqu’au bout.
Après les remerciements et les  chaleureux applaudissement – une quasi-standing ovation pour ces  chœurs amateurs comme pour les musiciens professionnels ! – , des enfants se précipitent sur scène pour offrir fleurs ou cadeaux à leur enseignant préféré.  Un joyeux et touchant désordre occupe un moment la scène.  
Puis  la salle se vide, comme à regret. Un groupe de jeunes s’approchent de leur enseignant pour lui demander une confirmation : « On espère vous avoir encore l’an prochain ? »

Qui a dit que les jeunes rechignaient à apprendre ?
D’autres matières que la langue arabe peut-être, et certainement pas à l’Institut. Je quitte moi aussi à regret cette joyeuse parenthèse, ce moment  d’insouciance et de voyage.
A l’année prochaine pour un nouveau spectacle !  ila l-liqa !

 

Patrick Bergeot Après de longues années dans l’industrie des télécoms, chez Alcatel-Lucent puis chez Nokia où il a entre autres pu être architecte logiciel, testeur, installateur, support technique, chercheur, négociateur, chef de... Lire la suite
Partager la page

À propos de ce blog

Bienvenue sur le blog de l’Institut du monde arabe, lancé en octobre 2016.

Son but : donner la parole aux passionnés du monde arabe dans et hors de l’institution. Retrouvez les coups de cœur des équipes (livres, cinéma, musique, expos…), les portraits de personnalités, les regards d’intervenants sur des questions historiques, sociologiques, artistiques… Promenez-vous dans les coulisses de l’institution et des événements et suivez les actualités de la présidence de l’IMA.

La rédaction invite experts et amateurs, tous passionnés, à s’exprimer en leur nom sur toutes les facettes du monde arabe.

Jack Lang sur le blog de l'Institut du monde arabe
Présidence Publié par Jack Lang | le 10 octobre 2016

Un blog pour l'IMA !

Jack Lang, Président de l'Institut du monde arabe, présente les ambitions du tout nouveau blog...

Lire la suite
rss

Instagram

Rejoignez-nous sur :

Archives

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris