Spectacles
Dans le cadre de la Fête de la langue arabe

Intersection avec Tania Saleh & DJ Lisa Nordström

Guest star Darina Al-Joundi
  • 15 Décembre 2018
  • Samedi : 20h
  •  
  • Auditorium (nveau -2)
  •  
  • Plein tarif : 20 €
    Tarif réduit : 16 €
    Moins de 26 ans : 12 €
  •  
Intersection avec Tania Saleh & DJ Lisa Nordström

La reine de la scène alternative libanaise fait équipe avec la pétulante Dj Lisa Nordström pour nous entrainer dans de beaux délires audiovisuels et électroniques, escortés par la poésie, le street art et la calligraphie.

Partager la page
Tania Saleh & Lisa Nordström

Référence majeure de la scène alternative libanaise et auteure-interprète au talent unanimement salué, Tania Saleh a effectué ses débuts en 1990. Elle a expérimenté des genres aussi larges que variés, à l’enseigne des musiques traditionnelles arabes (tarab, mawwal ou  dabké), frottées à la folk, au rock, à la bossa nova, au jazz et, plus récemment, à l’électro. Ses collaborations artistiques sont à l’image de ses goûts éclectiques : Ziad Rahbany, Toufic Farroukh, Charbel Rouhana, Rayess Bek, Natasha Atlas ou Ibrahim Maalouf.

Tania compte cinq albums à son actif, dont trois autoproduits et le dernier en date, paru en 2017, qu’elle défendra lors de cette soirée : Intersection. Un opus magnifique par sa réalisation et sa manière de faire fusionner, dans un délire audiovisuel, le street art, la calligraphie arabe, la poésie et la musique électronique contemporaine.

A son côté, une déesse nordique des platines et des vagabondages sonores, DJ Lisa Nordström. Native de Göteborg en Suède, on lui doit un retentissant disque visuel, Sonica Sequence, une immense fresque poétique pilotée par le réalisateur Pether Lindgren. Lisa est coutumière du monde arabe à travers ses workshops et ses résidences au Liban, au Koweit, en Egypte ou à Dubaï.

Julie Reggiani

« Guest star » de ce concert, Darina Al Joundi est inclassable. Actrice depuis l’âge de huit ans, elle n’a cessé depuis de passer devant et derrière la caméra. C’est par le biais de ses pièces d'auto-fiction - Le jour où Nina Simone a cessé de chanter, et Ma Marseillaise - qu’elle se fait connaître en France. Depuis son adolescence, Tania Saleh est fascinée par le talent de l’actrice, qu’elle découvre dans une série télévisée pendant la guerre du Liban. Elles se rencontrent par le biais d’amis communs, se suivent mais n’ont pas encore eu l’occasion de performer ensemble. Ce concert leur offre une première opportunité.

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris