Expositions

A la plume, au pinceau, au crayon : dessins du monde arabe

  • 26 mars 2019 - 15 septembre 2019
Fermeture exceptionnelle le(s) : Mercredi 1 mai 2019
  • Mardi-vendredi : 10h-18h
    Samedi, dimanche et jours fériés : 10h-19h
  •  
  • Musée (niveaux 7, 6 et 5)
  •  
  • Tarif d'entrée au musée : 8 € (plein) | 6 € (groupes et collectivités) | Entrée gratuite (-26 ans)
  •  
A la plume, au pinceau, au crayon : dessins du monde arabe

Le musée de l’IMA présente une exposition inédite sur le dessin dans le monde arabe. A découvrir, une centaine d’œuvres issues de sa collection, récemment enrichie de la donation Claude & France Lemand. Ces dessins, pour la plupart figuratifs, datent du XIe siècle à nos jours, certains sont exposés pour la première fois.

Partager la page
Exposition au musée de l'IMA « A la plume, au pinceau, au crayon » Dessins du monde arabe
A gauche : Chafik Abboud (Liban, 1926-2004), Adieu Gentilly, 1977. Tempera sur carton 26 x 29 cm. A droite : Assadour (Liban, 1943), Figure, 2003. Gouache sur papier 38 x 28 cm. Donation Claude & France Lemand / IMA
Exposition au musée de l'IMA « A la plume, au pinceau, au crayon » Dessins du monde arabe
A gauche : « Un homme attaqué par un lion », dessin trouvé à Fustat, Egypte, XIe siècle, encre brune sur papier, 19,7 x 15,7 cm. A droite : « Alexandre le Grand dans sa quête de l’immortalité », feuillet d’un Shâh-nâme, Iraq, Bagdad, XVIe siècle, encres, pigments à l’eau et or sur papier, 37 x 20 cm. IMA/F. Cateloy (à gauche) | Donation Claude & France Lemand / IMA (à droite)
Exposition au musée de l'IMA « A la plume, au pinceau, au crayon » Dessins du monde arabe
A gauche : Mahjoub Ben Bella (Algérie, 1946), Maya, 2009. Technique mixte sur papier Népal, 88 x 68 cm. Au milieu : Gouider Triki (Tunisie, 1949), Deux cavaliers et un lion, 1987, technique mixte sur papier, 83 x 57,2 cm. A droite : Zeinab Abdel Hamid (Egypte, 1919-2002), Station de calèches, 1965. Aquarelle sur papier, 64 x 49 cm. Donation Claude & France Lemand / IMA (à gauche et à droite) | IMA/Ph. Maillard (au milieu)
Exposition au musée de l'IMA « A la plume, au pinceau, au crayon » Dessins du monde arabe
Georges Bahgory (Egypte, 1932), Asilah, carnet de dessins exécutés au Maroc en 1981, mine de plomb et gouache sur papier, 27 x 21 cm (page). IMA/ Ph. Maillard
A gauche : Nagham Hodeifa (Syrie, 1981), Shéhérazade, 2010. Technique mixte sur papier, 17,8 x 14 cm. A droite : Hani Zurob (Palestine, 1976), Most of your Fear is in your Head, 2018. Gouache et collage sur papier 65 x 495 cm.
A gauche : Nagham Hodaifa (Syrie, 1981), Shéhérazade, 2010. Technique mixte sur papier, 17,8 x 14 cm. A droite : Hani Zurob (Palestine, 1976), Most of your Fear is in your Head, 2018. Gouache et collage sur papier 65 x 49,5 cm. Donation Claude & France Lemand / IMA

Raconter une histoire

Dédier une exposition au dessin, c’est donner à (re)découvrir l’immense diversité d’un art tantôt monochrome, tantôt excessivement coloré, tantôt figuratif, tantôt informel, voire « abstrait » tel qu’on le qualifierait en Occident.

Pour donner la mesure de l’ancrage du dessin dans le monde arabe, le parcours se déploie sur trois des quatre niveaux du musée. Il inclut, outre les œuvres modernes et contemporaines de trois générations d’artistes, des dessins exécutées entre le XIe au XVIe siècle sur divers supports : papier (en feuille – mentionnons ceux d’époque fatimide trouvés à Fustât en Egypte – ou dans un manuscrit), cuir, textile ou céramique.

  • L’exposition débute à l’entrée du musée (niveau 7) avec un choix de dessins sur le thème : « Figures, portraits, autoportraits » qui appréhende l’individu, qu’il s’agisse de l’Autre ou de soi, dans une grande variété de manières et de styles.
  • Elle se poursuit au niveau 6 avec la présentation de l’ensemble des douze compositions à l’encre mêlant calligraphie et scènes inspirées à Dia Al-Azzawi (Iraq, 1939) par les poèmes antéislamiques appelés Mu’allaqât (les « Suspendues »), véritables odes à la bédouinité. Elles sont exposées à l’aplomb du cylindre  dans lequel, au sein du parcours du musée, ces poèmes sont déclamés.
    A ce niveau également, la Cité immortelle, une installation monumentale (2,90 x 6 m) de Kevork Mourad (1970), un artiste syrien d’origine arménienne installé aux Etats-Unis. A la confluence de l’écriture, du tissage et des architectures de Palmyre, Bosra et Alep, il a tracé au pinceau et au doigt une évocation symboliste de sa patrie sur de grands morceaux de papier suspendus par des cordes en trois plans successifs. Toujours au même niveau, l’espace dédié au sacré est scandé par des œuvres qui s'interrogent sur la condition de l'Homme et sa place dans la création (Hani Zurob, Abdallah Benanteur, Boutros al-Maari…).
  • Au niveau 5, l’exposition explore successivement la perception de l’espace naturaliste ou imaginaire – paysages et intérieurs –, le lien avec la calligraphie, et les supports autres que la feuille (carnets, cahiers à pages volantes, reliés ou en accordéon).

Le dessin : une pratique millénaire dans le monde arabe


Faut-il rappeler que le papier est parvenu en Occident par l’intermédiaire du monde arabe ? Or, dans ce monde, le papier a constitué un support privilégié de l’expression de la pensée aussi bien religieuse que scientifique et littéraire.

Dans le monde arabe, le dessin, qu’il soit ou non figuratif, n’est pas nécessairement soumis à une influence de l’Occident. Contrairement à la peinture de chevalet – une nouveauté apparue au XIXe siècle –, sa pratique y a été constante et s’appuie sur l’excellence des arts du livre, dont l’essor débute un millénaire plus tôt.

Faut-il rappeler que le papier est parvenu en Occident par l’intermédiaire du monde arabe ? Or, dans ce monde, le papier a constitué un support privilégié de l’expression de la pensée aussi bien religieuse (texte coranique, exégèse, droit musulman) que scientifique et littéraire. Il a permis aux sciences dites « arabes », car elles s’exprimaient dans cette langue, de prendre leur essor et de connaître une large diffusion. Les premières représentations figuratives connues (hormis les dessins de Fustât déjà mentionnés) apparaissent dans les traités manuscrits de sciences et de mécanique au XIe siècle.

Dans  l’art du dessin, la « rencontre » avec l’Occident n’est donc pas synonyme de rupture, technique ou stylistique, mais au contraire de continuité historique. L’art de la calligraphie et celui de l’enluminure, figurative ou non, continuent à irriguer l’art du dessin des artistes d’origine arabe, en plus d’une formation, pour certains d’entre eux, en Occident ou dans les Écoles des beaux-arts implantées dans certains pays du monde arabe – celle du Caire, par exemple, fondée en 1908. L’un des enseignements dispensés était l’étude d’après modèle vivant, qui y resta en pratique jusqu’à son abandon à l’aube des années 1980.

La perception du réel, l’appel à l’imaginaire ou le recours au signe poussant parfois jusqu’à l’abstrait, ce sont autant de manières que chacun explore à l’écoute de son passé et de son présent.

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris