Rencontres & débats

La philosophie pour tous ? Elitisme et raison publique

  • 4 octobre 2022
  • Mardi : 19 h
  •  
  • Salle du haut conseil (niveau 9)
  •  
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  •  
La philosophie pour tous ? Elitisme et raison publique

Lancés en 2021 avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, les Mardis de la philosophie (anciennement Jeudis de la philosophie) se proposent de nous faire découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Aujourd'hui : « La philosophie pour tous ? Elitisme et raison publique », séance animée par Jean-Baptiste Brenet

Partager la page

La pensée arabe classique est travaillée par une tension. D’un côté, elle valorise chez l’être humain son intelligence, la nature rationnelle de son espèce ; de l’autre, elle distingue au sein de cette espèce des catégories d’individus qui semblent incapables, sinon dans la religion, d’entendre les mêmes discours et de raisonner d’une seule et même façon. La philosophie n’est-elle l’affaire que d’une élite ? Le cas échéant, comment concevoir un usage public de la raison ?

 

Animé par Jean-Baptiste Brenet

Médiéviste, professeur de philosophie arabe à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Jean-Baptiste Brenet est Agrégé de philosophie et docteur de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section des sciences religieuses), son travail porte principalement sur Averroès (Ibn Rushd, 1126-1198) et la pensée andalouse dont il étudie le génie propre au sein de l’Islam, mais aussi l’héritage grec et le legs au monde latin.

Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment écrit Averroès l’inquiétant (Belles Lettres, 2015) ; et aux éditions Verdier Je fantasme. Averroès et l’espace potentiel (2017) ; Intellect d’amour (avec Giorgio Agamben) (2018) ; Robinson de Guadix (2020). Il a traduit de l’arabe et annoté l’ouvrage Epître sur les prophéties, attribué à Avicenne (Vrin, 2018) ; et a préfacé, annoté et introduit la traduction française de Ibn Tufayl Le philosophe sans maître (Payot, 2021).

En partenariat avec

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris