Partager la page
Institut du monde arabe photo Fabrice Cateloy IMA / Fabrice Cateloy
J'aime que les architectures soient intelligentes et caractérisées. Je les aime comme signe révélateur des savoir-faire, des préoccupations esthétiques et pratiques. Je les juge comme témoins de consensus économiques et culturels. Jean Nouvel

Symbole architectural moderne du dialogue entre la culture occidentale et le monde arabe, édifié sur les bords de Seine, l'Institut du monde arabe est inauguré au public en décembre 1987. Ce bâtiment a été conçu et réalisé par une équipe d’architectes constituée de Jean Nouvel, Architecture Studio ( Martin Robain, Rodo Tisnado, Jean-François Bonne, Jean-François Galmiche), Gilbert Lèzenes et Pierre Soria.

Intégré dans l'urbanisme parisien, il prolonge l'ensemble des bâtiments de l'université de Jussieu, tout en marquant sa différence grâce à sa façade à moucharabiehs.

Le projet

Une place de choix au cœur du Quartier latin

L’Institut du monde arabe est, par sa qualité architecturale et la richesse de ses intérieurs, un des monuments les plus prestigieux de Paris. Sa construction a été financée conjointement par les États arabes et la France dès 1980. Situé entre l’université de Jussieu et les bords de Seine, l’IMA a été édifié sur le terrain, riche en histoire, où se trouvaient jadis la porte Saint-Bernard, l’abbaye Saint-Victor et la halle aux vins. À quelques encablures de la bibliothèque François Mitterrand, l’établissement est au cœur du Quartier latin.

Face à l’Île Saint-Louis, offrant l’une des plus belles vues sur Paris et la cathédrale Notre-Dame, le bâtiment dévoile ses courbes de verre et d’acier le long de la Seine et sa rigoureuse géométrie (côté façade Sud) devant l’Université de Jussieu. L’architecture du bâtiment associe ouverture et intériorité, rigueur des analyses formelles et diversité des façades. Il fait jouer, au-dedans comme au-dehors, la luminosité des matériaux dans la monochromie des gris.

Quelques données 

  • Investissement : 341 millions de francs (Évaluation donnée à la fin des travaux)
  • Superficie : 26 900 m2
  • Terrain : 7250 m2
  • Longueur : 77 m
  • Largeur : 35 m
  • Hauteur : 32 m
  • Façade Sud : 2000 m2
  • 240 moucharabiehs dont la moitié des diaphragmes le composant sont mobiles

Vue de l'Institut du monde arabe la nuit IMA / Fessy

Lumière, volumes, circulations et transparences

Blanche, grise, lisse, l’architecture intérieure explicite, par le jeu de ses transparences, le concept même du projet. Elle s’ordonne autour de symboles éclairant les fonctions majeures de l’IMA ainsi :

  • La tour de livres relie par ses spirales savantes les différents niveaux de la bibliothèque ; en référence au minaret de la mosquée de la grande mosquée de Samarra
  • Les grands volumes lumineux du musée entourent le patio intérieur; rappelant l’architecture introvertie méditerranéenne
  • Une forêt de colonnes s’étend dans la salle hypostyle s’inspirant des colonnades de la grande mosquée de Cordoue...

Les façades Nord et Sud

La façade nord est un mur-rideau d’aluminium et de verre, elle est l’interface avec le Paris historique. Son rythme horizontal évoque les lits de pierre des immeubles anciens dont les reflets donnent l’impression, grâce à un traitement sérigraphique, d’être imprimés dans le verre de la partie haute de cette façade.

En juin 2014, l’artiste franco-tunisien eL seeD a peint une fresque monumentale sur une partie de cette façade.

Reproduisant des motifs traditionnels de la géométrie arabe, la façade Sud est composée de 240 moucharabiehs. Industriel et décoratif, écran plutôt que mur, le moucharabieh a la délicatesse d’un mécanisme d’horlogerie et la sophistication d’une mosaïque. Une cellule photo-électrique permet un dosage de la lumière en fonction de l’ensoleillement. Les diaphragmes s’ouvrent et se ferment suivant la luminosité extérieure. Le rythme du mécanisme est calculé pour accomplir 18 mouvements par jour au maximum. 

Moucharabiehs Institut du monde arabe
IMA / Cateloy
moucharabieh Institut du monde arabe
IMA / Cateloy
moucharabiehs IMA
IMA / Cateloy
moucharabieh IMA
IMA / Cateloy
IMA façade moucharabiehs
IMA / Cateloy

La rénovation

Trente ans après son inauguration, le bâtiment de l'Institut du monde arabe requiert une rénovation en profondeur. Il convient de lui redonner tout son éclat intérieur et extérieur, mais aussi de l’adapter au fort développement qu’a connu l’Institut du monde arabe depuis son ouverture.

Le projet de rénovation du bâtiment de l'Institut du monde arabe concerne la plupart de ses espaces :

  • Le parvis : vaste espace ouvert, aménagé en fonction de la programmation des expositions de l'Institut, le parvis accueillera sur son pourtour, face à l'IMA, un pavillon en verre, qui permettra de profiter d'une vue imprenable sur la façade du bâtiment, de disposer d'un meilleur accès aux installations sur le parvis et aux espaces au sous-sol de l'IMA, mais aussi de créer un tout nouvel espace de boutique et de restauration.
  • La façade des moucharabiehs : emblèmes du bâtiment, les moucharabiehs de la façade, conçus pour s’ouvrir et se fermer toutes les heures en fonction des variations de lumière, ne fonctionnent plus. Certaines pièces ont été endommagées, entraînant le blocage de plusieurs diaphragmes. Les travaux de rénovation consisteront à remettre les moucharabiehs en état de marche, à améliorer l’isolation thermique de la façade et à insérer des diodes électroluminescentes dans chaque moucharabieh pour permettre leur mise en lumière scénarisée. Le bâtiment redeviendra ainsi un repère visuel incontournable du panorama parisien de jour comme de nuit.
  • L’accueil et la librairie : une rénovation complète des espaces d'accueil est prévue. L'objectif est d'améliorer significativement les conditions d'entrée et de réception du public dans le bâtiment. La sortie du public s'effectuera pour sa part, après les travaux, par la librairie. À cette occasion, la librairie, véritablement référence à Paris et en France, sera entièrement modernisée : agrandie d’environ 200 m², elle disposera également d'un mobilier neuf, pour une présentation plus conviviale et un stockage plus aisé.

Nouveaux espaces

  • Une nouvelle salle d'exposition, donnant directement sur la fameuse salle hypostyle, sera aménagée à côté de l'auditorium. Cet espace de 500 mètres carrés permettra de proposer une activité d'expositions plus importante au public. Il pourra par exemple accueillir des expositions de photographies ou d'arts visuels consacrées à la scène arabe contemporaine.
  • À proximité de cette nouvelle salle d'exposition, un véritable pôle pédagogique sera constitué. Une partie de ces espaces sera consacrée à l'apprentissage de la langue arabe. Six salles de cours, disposant d'un éclairage naturel et de dispositifs technologiques de pointe, seront construites. Elles permettront d'accueillir les 2000 stagiaires formés chaque année à l'IMA,  et de répondre à une forte demande d'ouverture de nouvelles classes.
  • L'autre partie de ces espaces concernera les activités à destination du jeune public. De nouveaux espaces pédagogiques seront ainsi aménagés, pour l'organisation d'ateliers conçus spécifiquement pour les enfants.
  • Enfin, plusieurs salles de congrès ou de séminaires seront créées, également à côté de l'auditorium. Elles pourront être louées par des entreprises, mais aussi par les partenaires de l'IMA. Ces salles permettront tout à la fois de répondre à une demande forte que l'Institut du monde arabe ne peut honorer à l'heure actuelle, mais également de développement les ressources propres de l'IMA.

Le cabinet DVVD, dirigé par Daniel Vaniche, supervise l’ensemble de ce grand projet et collabore avec les architectes fondateurs de l’établissement.

L’IMA œuvre à rassembler les financements pour mener à bien ce projet. Les travaux pourraient durer jusqu’en 2019 et se dérouleront sans impact majeur sur la programmation de l’IMA. 

Projet nouvelle bibliothèque de l'IMA Niveaux 3 & 5 Salles étude et recherche de la future bibliothèque DVVD

Les espaces

Terrasse panoramique & Salle du haut conseil

Au  9e et dernier étage de l’IMA, la terrasse offre une vue panoramique remarquable sur  les principaux monuments de Paris avec, au  premier  plan, le chevet de Notre-Dame entouré des bras de la Seine.

 Au même niveau, la salle du Haut-Conseil aux murs transparents, avec son "fumoir".  Immense anneau, attenant au lieu, il est le seul endroit de l'édifice où la transparence est quasi absolue. Pièce d'apparat, faisant charnière entre ciel et terre et invitant au voyage. « À partir d'un simple parallélépipède », dit Jean Nouvel, « on peut véhiculer des sensations très différentes ». Le bâtiment s'efface pour montrer Paris, la vue étant là encore, réellement panoramique. Vitré à l'est, le "fumoir" regarde vers la grandiose simplicité de la salle du Haut-Conseil. À l'ouest, Notre-Dame et la rive gauche de la Seine. Au nord, la rive droite et, plus proche, la pointe de la terrasse qui couvre l'autre aile du bâtiment. Côté sud, le mur ajouré de diaphragmes, jette dans ce lieu le luxe d'un tapis d'étoiles.

Initialement, cet espace était réservé aux réunions annuelles des représentants des pays arabes pour analyser les activités de l'année et projeter l'année suivante. Aujourd'hui ce lieu accueille les jeudis de l'IMA et se loue également pour des événements privés.

Salle du haut conseil Institut du monde arabe
La salle du haut conseil IMA / Delagarde
Fumoir salle du haut conseil IMA
Le fumoir de la salle du haut conseil IMA / Delagarde
Terrasse panoramique de l'institut du monde arabe
La terrasse panoramique IMA / Cateloy

Bibliothèque & Tour des livres

Les espaces de la bibliothèque sont répartis sur trois niveaux reliés entre eux par la Tour des livres, une spirale qui nous fait découvrir en un long panoramique la silhouette de la ville, le passage de la seine, le chevet de notre dame, la percée du boulevard Saint-Germain.

Elle surgit du sol dans un écrin de verre et s’achève par un salon panoramique orienté sur Notre-Dame prolongeant la pièce la plus spectaculaire de l’IMA, la salle du Haut Conseil.

Comme un élément d'appel, cette rampe ascensionnelle de la « Tour des livres » évoque le célèbre minaret de la mosquée de Samarra. Mais, comme toutes les autres images issues de la culture arabe utilisées par Jean Nouvel, ce minaret a été volontairement transfiguré en un signe abstrait.

Dans le cadre de son projet de rénovation, la bibliothèque dévoilera bientôt sa nouvelle répartition des espaces et présentation des collections.

Bibliothèque Tour des livres de l'IMA IMA / Fabrice Cateloy

Salle hypostyle

Sous le parvis, une forêt de colonnes dont on ne voit pas les limites conduit à l’auditorium,

la répétition suscitant la sensation de l’infini. C'est un espace totalement abstrait, elle évoque, par son immensité, le temple de Louxor et surtout la mosquée de Cordoue, emblème de l’architecture du monde arabo-musulman.

C'est aussi un espace où on lit le mieux la géométrie implacable qui régit tout le bâtiment. L’exactitude et la précision des lignes, la rigueur et la répétition donnent à ce « sous-sol » toute sa force architecturale.

Salle hypostyle Institut du monde arabe IMA / Fabrice Cateloy