Performances
Exils

Exodus

Sous la direction artistique du violoniste Wouter Vandenabeele
  • 27 January 2018
  • Saturday : à 20h00
  •  
  • Auditorium
  •  
  • 22 € (plein), 18 € (réduit, adhérents IMA/SAIMA), 14 € (abonnés), 12 € (-26 ans)
  •  
Exodus

Les exilés sont de toutes les époques, de tous les pays, et leurs musiques ont bien des points communs. Tel est socle d'Exodus qui, sur fond (entre autres) de qanoun, de guitare flamenca et de bouzouki, nous plonge dans l’univers musical des populations déplacées en entremêlant rebétiko, flamenco et musique alépine.

Share the page
Tine Van de Vel

Classé dans les « arts urbains », le rebétiko grec peut être, d’un point de vue socioculturel, rapproché du blues, du fado, du tango et du flamenco. Au plan musical, c’est un genre appartenant à la tradition orientale. Il est né au début du XXe siècle dans les ports de Grèce, plus particulièrement celui d’Athènes, le Pirée. On le jouait à l’origine dans les tekes, fumeries de haschich, dans la rue, les tavernes et les prisons. A la suite du « grand désastre » – appellation grecque du vaste échange de population survenu entre la Turquie et la Grèce en 1923, nombre de musiciens professionnels d’Asie Mineure se joignirent à la scène musicale d’Athènes et du Pirée.

Les Gitans, partis jadis du Rajasthan, constituent une importante diaspora dont une partie s’est établie en Europe de l’Est et une autre en Espagne, où elle a façonné le flamenco.

Quant à Alep, elle fut le centre névralgique et très créatif d’un art musical raffiné où fut valorisé le mouwachchah, dérivé de l’andalou.

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris