News
Cinema

Le Beirut Art Film Festival - BAFF présente sa 3e édition sur le thème “Patrimoine et barbarie” à l'Institut du monde arabe

Le Beirut Art Film Festival - BAFF présente sa 3e édition sur le thème “Patrimoine et barbarie” à l'Institut du monde arabe
Syrie, les derniers remparts du patrimoine, Jean-Luc Raynaud, 2016
Une image du documentaire réalisé par Jean-Luc Raynaud « Syrie, derniers remparts du patrimoine » (2016) Jean-Luc Raynaud

Né en 2015, le Beirut Art Film Festival se propose de sensibiliser un large public à l’art au Moyen-Orient tout en soutenant la production documentaire. Sa 3e édition, « Patrimoine et barbarie », en écho à la dramatique actualité moyen-orientale, se déroulera du 6 au 25 novembre 2017, à Beyrouth et hors-les-murs.  Une édition que ses organisateurs ont souhaité placer sous le signe de la liberté – de témoigner, de s'informer, de créer, de vivre! –, et dont ils feront la présentation à l'Institut du monde arabe le 7 septembre prochain. Au programme, une conférence de presse, la projection en première mondiale de « Syrie, derniers remparts du patrimoine » de Jean-Luc Raynaud, suivie d'un débat avec quatre fins connaisseurs de la culture arabe : Gilles Gauthier, Jean-Pierre Filiu et Maurice Sartre.

Share the page

Pourquoi le Beirut Art Film Festival?


il nous semble important de partager la conscience que nous avons eue des richesses culturelles, architecturales, archéologiques et patrimoniales dont regorge le Moyen-Orient et de la triste réalité de leur éradication.

La parole à la cofondatrice du festival, Alice Mogabgab :

« Le Beirut Art Film Festival (BAFF) a vu le jour il y a trois ans à un moment charnière où les destructions massives de patrimoine dans la région atteignent un point critique. Compte tenu de la mission que nous nous sommes fixée et parallèlement aux pertes monstrueuses et tragiques en vies humaines, il nous semble important de partager la conscience que nous avons eue alors des richesses culturelles, architecturales, archéologiques et patrimoniales dont regorge le Moyen-Orient et de la triste réalité de leur éradication. Cette urgence s’est avérée répondre à une véritable attente du public libanais. Il n’y a pas de hasard !  
Depuis sa création, le BAFF s’est également donné pour mission d’accompagner le travail d’autres Libanais et Libanaises, chercheurs, réalisateurs, ONG, artistes et archéologues… et de contribuer à éveiller et à mobiliser la jeunesse partout sur le territoire autour du patrimoine ; vecteur essentiel du vivre en commun, destin de ce pays et son message au monde.
Unique dans sa conception, original dans sa mise en œuvre, le BAFF n’est pas une compétition, n’offre pas de lauriers, c’est une grande fête dédiée à l’art et au cinéma.

Le BAFF en deux temps

  • Du 14 au 19 novembre 2017, le BAFF Intramuros, investit les deux salles de cinéma du Metropolis-Empire-Sofil, avec 50 documentaires en première nationale.
  • Du 6 au 25 novembre 2017, le BAFF Extramuros, va à la rencontre des publics éloignés de la capitale, organisant plus de 150 projections dans les établissements scolaires, les universités, les centres culturels…

Depuis trois ans, le BAFF se développe porté par une double générosité : celle des mécènes libanais et internationaux fidèles au rendez-vous ; et celle d’une équipe de bénévoles, dynamiques, motivés, que je mène tambour battant.
Last but not least, le BAFF n’est pas un festival isolé dans sa tour d’ivoire, loin s’en faut. Parce que l’art ne touche au cœur que s’il prend part à la vie sociétale et humaine de la cité dans laquelle il se développe. Le BAFF s’associe donc des « artistes sociaux », offrant 4 soirées à 4 ONG dont la solidarité est le crédo : l’AFEL, Brave Heart, Myschoolpulse et CAP-HO. »

Article published on08/11/2017

Inscription à la newsletter

Pour recevoir toute l'actualité de l'Institut du monde arabe sur les sujets qui vous intéressent

Je m'inscris